Bibliothèque Saharienne


Charles de Foucauld. Comme un agneau parmi les loups

  Je croyais, comme beaucoup d'autres lecteurs, tout connaître de la vie de Charles de Foucauld.

Et pourtant à lire et à relire l'œuvre qu'il nous a laissée, je m'aperçus que cette vie n'avait pas dit son dernier mot. Peu à peu surgissaient d'autres visages, se révélaient de troublants secrets d'âme. À démonter les mécanismes de son aventure spirituelle qui l'a conduit de la débauche à l'intransigeance du désert, j'ai mieux compris les affres de sa solitude et son immense détresse. Sa passion refoulée pour sa cousine, Marie de Bondy, sa folie de Dieu, sa dénonciation farouche d'un colonialisme dont il prédisait dès 1901 les effets désastreux, permettaient soudain de le redécouvrir autrement.

Le vertige de cette vie le rapprochait, des héros raciniens, brûlés par leur destin, faisait de lui un Rimbaud qui aurait rencontré Dieu.


Sahara. Une initiation au désert

Près de 100 photos pour raconter une histoire d'amour et de passion : hommes et paysages, impressions purement graphiques du sable et des dunes, lumières magiques du soir...   


Carnets sahariens. L'appel du Hoggar et autres méharées

La découverte du Sahara fut pour Roger Frison-Roche une révélation.

Venu au Sahara comme guide de haute montagne, il en revint envoûté par la grandeur des paysages et la qualité de la solitude. Il effectue dix-sept voyages entre 1935 et 1960. Le caractère insolite de ses randonnées à dos de chameau lui donne l'idée de réunir le récit de ses méharées : le récit de la première ascension de la Garet el Djenoun (L'Appel du Hoggar), un voyage dans le Grand Erg occidental, la traversée du Messak Fezzanais et un raid cinématographique avec Georges Tairraz.

 


L'exploration du Sahara

  De l'Antiquité à l'époque contemporaine, des Romains aux voyageurs arabes puis européens, de Heinrich Barth à Mungo Park, Gordon Laing, René Caillié, Henri Duveyrier, Saint-Exupéry, Henri Lhote ou Théodore Monod, voici une histoire complète de l'exploration du Sahara.

Un volume fondé sur une documentation considérable, et amplement illustré, pour les amateurs d'histoire et pour les passionnés du désert.   

 


CARNET SAHARIEN

  Carnet saharien retrace le parcours et le travail de Jean-Marc Durou, photographe du désert, et nous entraîne à travers ses souvenirs dans un kaléidoscope coloré d'images pour beaucoup inédites.

Au fil d'un récit riche en anecdotes écrit par Sylvain Estibal, apparaît la vocation qui mènera irrésistiblement le jeune homme, de la ville blanche d'Alger où il est né en 1951, jusqu'au cœur des régions les plus secrètes du Sahara qui le fait tant rêver. Pour mieux photographier " son " désert il devient à 20 ans guide saharien, parcourt à dos de chameau ou en Land-Rover le massif du Hoggar, le Tassili N'Ajjers et l'Adrar mauritanien.

En 1973 il découvre les montagnes de l'Aïr, rencontre les nomades touaregs et Toubous et réalise, en suivant la Caravane du sel, la traversée du Ténéré à pied. De retour en France, Jean-Marc Durou a publié de nombreux ouvrages de photographie sur les multiples facettes du désert et s'est fait historien pour un ouvrage consacré à l'exploration du Sahara, collaborant avec de nombreux scientifiques tels les Professeurs Théodore Monod, Henri Hugot ou Edmond Bernus.

Carnet saharien dévoile de nombreux aspects méconnus de l'œuvre photographique de Jean-Marc Durou et nous fait partager 25 années d'aventures et d'émotion. Du même auteur aux Editions Vents de Sable : Théodore Monod, Une Vie de Saharien, (avec Sylvain Estibal) 1998.   


SAHARA. La passion du désert

La Sahara fascine les hommes qui le côtoient au même titre que les montagnes et les océans.

Il éveille notre imaginaire par ses grands espaces et ses paysages qui engendrent l'image d'un premier matin du monde. Depuis plus de vingt ans Jean-Marc Durou fait partager, à travers la photographie, sa passion pour le plus beau désert du monde et les peuples qui y vivent. Dans cet ouvrage, au-delà de l'émotion pure que dégage l'image, c'est l'histoire du Sahara et de ceux qui l'ont découvert qu'il a voulu privilégier.

Des documents anciens et inédits dévoilent pour la première fois l'existence passionnante et passionnée de personnages hors du commun. Explorateurs d'hier et d'aujourd'hui, scientifiques, nomades, grands voyageurs et grands spécialistes tels que Théodore Monod, Edmond Bernus, Mano Daillac, Louis Gardel, Bruno Lamarche, Jean-Francis Held et Hervé Derain, tous participent à ce témoignage sur un monde dont ils sont les ambassadeurs d'exception, chacun à leur manière.  


Désirs de désert. Sahara, le grand révélateur

Récits de voyage, tourbillons d'images, sirènes de l'aventure en charter : le désert étend son étrange pouvoir d'attraction.

Mystérieuse séduction de ces terres parmi les plus inhospitalières de la planète... Fort de nombreuses "désertions", Alain Laurent nous invite à quitter le bivouac de nos imagiers d'Epinal pour nous guider à travers ces régions dont émerge le Sahara, "désert des déserts", territoire tutélaire de l'aride. On y découvre une vie méconnue, aussi précieuse que fragile. Une terre de violences aussi, qui n'échappe pas aux mutations et aux tumultes du monde.

Entre facéties de la nature et art préhistorique, folies conquérantes et beauté lunaire, le Sahara agit sur l'homme comme un révélateur. De sa mesure et de sa démesure. Au gré de ses rencontres, l'auteur nous transporte d'un désert à l'autre, attesté par les cartes officielles ou les atlas intimes des voyageurs et des poètes.


Nouvelles du Désert

Poésie, rudesse et intensité émanent de ces nouvelles où Isabelle Eberhardt (1877-1904) dépeint l'Algérie colonisée du début du XXe siècle.

Un monde qu'elle connaît bien pour l'avoir exploré avec passion pendant sept ans, habillée en cavalier arabe et sous le nom de Mahmoud Saâdi, au mépris du scandale (parfois violent), de la pauvreté (permanente) et du danger (on tenta de l'assassiner et elle mourut sous les décombres de sa maison, emportée par un oued en cru). A travers ces récits souvent bouleversants, elle nous livre des portraits subtils d'hommes et de femmes de toutes conditions - bédouins, agriculteurs, prostituées, spahis, médecin militaire...

-, aux prises avec les réalités de la colonisation, tout en exaltant l'intime beauté du désert, des chevauchées nocturnes et de la vie nomade... " Je ne suis qu'une originale, une rêveuse qui veut vivre loin du monde, vivre de la vie libre et nomade, pour essayer ensuite de dire ce qu'elle a vu et peut-être communiquer à quelques-uns le frisson mélancolique et charmé qu'elle ressent en face des splendeurs tristes du Sahara.

" (Isabelle Eberhardt) Ouvrage publié en lettres agrandies (corpsl6) pour offrir un meilleur confort de lecture.


Au pays des sables

  Il y a cent ans, vêtue en cavalier arabe, Isabelle Eberhardt (Genève, 1877 - Aïn Sefra,1904) parcourait les pistes sahariennes.

Elle y partageait le quotidien des bédouins et des marabouts. Dans le grand voyage dont elle a fait sa vie, guidée par son désir d'écrire, elle a abordé et franchi les étapes qui font d'elle bien plus qu'un écrivain voyageur : l'un de ces rares auteurs capables de s'exprimer au cœur de la culture de l'autre. S'agissant de l'islam, son œuvre y puise une nouvelle actualité. Les éditions du Centenaire commémorent sa disparition, à vingt-sept ans, noyée en plein désert dans la crue d'un oued... Au pays des sables rassemble les nouvelles inspirées de son premier long séjour au Sahara, en 1902.

Publiées peu après dans la presse algéroise et métropolitaine, elles révèlent la naissance d'un écrivain mais aussi le Souf, l'une des régions les plus secrètes du Sud algérien. Éditeurs et biographes d'Isabelle Eberhardt depuis vingt ans, Marie-Odile Delacour et Jean-René Huleu ont rétabli les écrits, parfois censurés ou adultérés, dans leur version originale et proposent cette nouvelle lecture d'une œuvre devenue pour beaucoup le support des rêves d'existence hors du commun. 


Le désert nu. Un marcheur au Sahara

" Larguer les amarres.

Cela fait tout drôle de voir les véhicules transformés en Dinky Toys avant de se fondre à l'horizon ! Vu des voitures, le désert restait à l'extérieur comme un tableau que l'on regarde. Les véhicules partis, c'est comme si, par magie, nous avions enjambé son cadre pour nous retrouver au sein même de l'œuvre. Chacun d'entre nous le sait, l'a voulu. Quand cela arrive pour de bon, on se sent tout nu.

 


Fleurs du Sahara. Voyage ethnobotanique avec les Touaregs du Tassili

Le Sahara n'est pas une étendue vide.

C'est une zone désertique dans laquelle se rencontrent des hommes et des plantes. Et, depuis des millénaires, parce que des plantes y poussent, des gens y vivent. Ils se sont adaptés ensemble à des conditions écologiques difficiles. Ici les plantes et les nomades montrent la même discrétion, comme si, devant la puissance des éléments, nul ne pouvait tricher. Mais, que la pluie arrive et la joie partagée annonce le magnifique retour en force de la nature que suivra bientôt la floraison.

Parcourir le désert permet de comprendre les usages que les Touaregs font de ces plantes alimentaires, médicinales et fourragères. Fleurs du Sahara s'ouvre sur une invitation au voyage botanique, à la découverte des plantes, et ethnobotanique, à la découverte des hommes. Après ce voyage, occasion d'approcher une nature particulière, l'ouvrage décrit et montre près de cent cinquante plantes que les familiers du désert sauront désormais reconnaître et nommer.


Biographie d'un désert

 

  Le Sahara garde en mémoire les péripéties d'une longue histoire, sa lente dérive depuis le pôle Sud, la paralysie progressive de ses réseaux hydrographiques, la mise en réserve de ressources en eau et en hydrocarbures dans les sédiments - autant d'éléments de son comportement passé qui expliquent son présent et permettent d'envisager son avenir sous un éclairage nouveau.

Un présent bien difficile, si l'on en juge par la sécheresse catastrophique du Sahel, et un avenir plus sombre encore dans la mesure où l'homme accélère la désertification qui sera l'un des grands problèmes du XXIe siècle. Pourtant, l'essor tardif mais réel d'une véritable science des déserts laisse entrevoir la possibilité - qui n'est peut-être pas un mirage - de nouveaux rapports entre l'homme et le désert.

Un texte clair et vivant, mêlant les aspects géologiques et humains d'une région fascinante aux expériences vécues par l'auteur durant plus de trente ans de recherches sur le terrain. 


BIOGRAPHIE de Théodore Monod

   Né en 1902, Théodore Monod s'est éteint en novembre 2000. Naturaliste et voyageur, il fut professeur honoraire au Muséum national d'histoire naturelle. Scientifique d'exception, savant multidiscplinaire, explorateur, il organisa afin de l'étudier de nombreuses missions à travers le désert durant plus de 70 ans. Ses innombrables travaux le conduisirent à des découvertes botaniques, géologiques, zoologiques et archéologiques. Après guerre, à Dakar, il créa l'Institut français d'Afrique noire. Connu du grand public pour sa recherche de l'incroyable météorite de Chinguetti (Mauritanie), Théodore Monod ne fut pas qu'un homme de science. Il fut un homme de culture, de foi, ouvert aux joies de la contemplation et aux sentiments de l'unité des choses et des êtres de ce monde. Aujourd'hui, ses travaux sur le désert sont considérés comme une œuvre scientifique d'une exceptionnelle valeur pour les générations futures. Né à Alger en 1951, Jean-Marc Durou, ancien guide saharien, devient photographe professionnel à partir de 1975. C'est à l'âge de 17 ans qu'il se lie d'amitié avec Théodore Monod et, en 1976, ils signent leur premier ouvrage commun, la Caravane du Sel. Cette amitié, liée par leur passion du désert, durera plus de trente ans. Aujourd'hui, Jean Marc Durou est l'auteur de nombreux ouvrages sur le désert, photographiques et historiques. Ses derniers travaux l'ont conduit à faire paraître deux ouvrages : l'un sur les derniers nomades du Sahara, et l'autre sur la biodiversité de la nature française. En 1999, il a été récompensé par la Société de Géographie de France pour ses recherches sur les Touaregs et en 2005, a été membre élu de la société des Africanistes du Musée de l'Homme. 


L'exploration du Sahara

   De l'Antiquité à l'époque contemporaine, des Romains aux voyageurs arabes puis européens, voici une histoire complète de l'exploration du Sahara que Jean-Marc Durou, guide saharien devenu photographe, nous raconte de manière aussi vivante que documentée.

Amateur d'histoire ou passionné du grand désert, le lecteur trouvera au fil des pages de cet ouvrage l'histoire des chars des Garamantes, l'épopée de Barth sillonnant des années durant un espace qu'il finira par cartographier, les grandes reconnaissances effectuées par les compagnies méharistes et le récit de la découverte des peintures rupestres qui font du Sahara le plus grand musée à ciel ouvert du monde.

L'immensité de dunes, de massifs montagneux et de plateaux pierreux fut aussi l'espace de tous les rêves : certains l'imaginèrent riche de mines d'or en son centre, d'autres s'évertuèrent à y trouver Tombouctou, ville embellie à mesure que se succédaient les échecs pour l'atteindre. L'infinie mer de sable nourrit aussi les délires : construire un chemin de fer traversant le vide, imaginer que s'étendit là une mer, réceptacle d'infinies richesses.

Mungo Park, René Caillié, Saint-Exupéry ou Théodore Monod, tous ceux qui l'ont approché ont finalement dédié leur vie au Sahara. Ignoré, craint, parcouru, découvert, exploité... le Sahara reste le lieu des plus grandes solitudes, l'endroit du monde où le géologique rejoint le mystique, où chacun de nous, dans un espace vide et démesuré, peut se trouver seul au monde. 


Bijoux nomades

Confrontés à l'envoûtante austérité du désert, les grands nomades du Sahara central doivent se plier à ses règles et adapter leur quotidien à ce monde à la fois hostile et fragile, qui ramène tout à l'essentiel.

Mais l'aridité de leur environnement ne les empêche pas, au contraire, de se parer de tissus et de bijoux. Les Touaregs, les Peuhls et les Haoussas créent un art original et magique, un art vivant et porteur de sers où s'expriment à la fois l'âpreté de la vie quotidienne et la richesse d'un passé immémorial. Depuis plus de trente-cinq ans, Jean-Marc Durou sillonne et photographie l'Afrique saharienne avec un intérêt et une passion pour ceux qui y vivent qu'il a communiqués à sa fille Aude.

Ensemble, ils réalisent combien, dans cet univers où rien ne se perd, chaque objet est un condensé d'histoire et un reflet de l'environnement. Aude a eu l'envie de créer avec les artisans nomades des bijoux porteurs de mystère et de magie dont chaque motif, chaque forme évoquent à leur tour la vie du désert. Les dizaines de bijoux nomades qui sont réunis dans ce magnifique album racontent une émotion, une légende, un paysage unique et parfois indicible. 


Touaregs

Dans les stéréotypes occidentaux, les Touaregs apparaissent comme des guerriers voilés de bleu, nobles et farouches, vivant hors du temps dans les solitudes infinies du désert saharien.

Cette vision caricaturale masque une réalité historique, géographique et humaine infiniment plus complexe. Témoignant d'un dynamisme et d'un sens étonnant de l'adaptation, les Touaregs ont su tirer le meilleur parti d'un environnement aride - le Sahara et ses rives sahéliennes -, développer une économie d'échanges commerciaux, d'élevage et d'agriculture oasienne et inventer une organisation politique et une culture profondément originales.

Malgré la conquête coloniale, malgré un territoire morcelé au moment des indépendances africaines, malgré les sécheresses, ce peuple n'a cessé de tracer des parcours inédits pour survivre dans la dignité.


Djanet

  " Couleur de palme, couleur d'eau, couleur de vie, l'oasis de Djanet palpite dans le grand corps minéral du désert.

Sur la carte aérienne du Sahara, sa verdure forme un point à peine perceptible entre les tons dominants de jaune, de brun et de gris. A l'ouest, le cordon des dunes d'Admer, la vallée fossile de Tafassisset, les pics de grès déchiquetés par le vent jusqu'au Ténéré, ce désert inhospitalier que les voyageurs ont hâte de franchir pour retrouver la vie. Après la longue traversée d'étendues arides, l'oasis leur apparaît enfin, lovée dans le giron du haut plateau de l'Ajjer, à l'abri de la montagne Taggart Toget.

" (extrait de la postface d'Hélène Claudot-Hawad). Avec ce récit photographique mêlant paysages et reportage dans la célèbre oasis de Djanet, Bernard Lesaing esquisse le portrait d'une société locale, d'un cadre de vie et d'une culture ancestrale, au cœur du pays Touareg, à l'occasion de la célébration de la fête annuelle de la Sebeiba.   


Arbres du Sahara

L'oasis...c'est ici que vous atterrissez le plus souvent, et vous aurez sans doute la chance de vous promener dans la palmeraie... Vous vous laisserez ensuite guider par le sillage des pasteurs, parmi les arbres et les arbustes. Arbres et arbustes du Sahara fait écho à Fleurs du Sahara qui traitait des plantes herbacées et des arbrisseaux. Les auteurs, familières de ces régions, ont ajouté à leurs observations des informations sur les usages recueillies auprès des nomades et des oasiens au Tassili, dans l'Ahaggar, les massifs libyens, le Niger...

L'ouvrage s'ouvre sur un récit invitant le lecteur à la découverte de cette région et du lien vital qui, dans ces conditions extrêmes, lie les hommes aux arbres. Ce récit est suivi par des notes sur le milieu environnant, sur la végétation des oasis, sur les usages des ligneux et de leurs sécrétions... Les diverses espèces figurent avec leur description botanique, leurs noms vernaculaires et scientifiques et sont illustrées de nombreuses photos facilitant leur identification.  


Les rendez-vous d'Essendilène

   Je ne peux pas te renseigner sur la durée de mon voyage.

Ténéré est très loin. Il me faudra faire attention pour ne pas avoir d'ennuis. Mais je suis décidée à tout. Je n'ai plus qu'une impatience : partir ; un désir : le revoir. Je vais chercher mon bonheur, je vais le gagner. C'est avec un courage extraordinaire que Nicole décide d'affronter le désert du Sahara. Quittant une vie parisienne confortable, elle part seule à bord d'une vieille Torpedo retrouver Roland, son fiancé, lieutenant en poste depuis deux ans à Hassi Ténéré.

Envoûté par le désert, séduit par Tâllit, une jeune femme touareg, ce dernier a soudain cessé de lui écrire et semble vouloir l'oublier... Mais Nicole l'aime encore, et malgré les dangers qui la guettent, elle est prête à risquer sa vie pour le reconquérir. 

 

Carnets sahariens. L'appel du Hoggar et autres méharées

 La découverte du Sahara fut pour Roger Frison-Roche une révélation.

Venu au Sahara comme guide de haute montagne, il en revint envoûté par la grandeur des paysages et la qualité de la solitude. Il effectue dix-sept voyages entre 1935 et 1960. Le caractère insolite de ses randonnées à dos de chameau lui donne l'idée de réunir le récit de ses méharées : le récit de la première ascension de la Garet el Djenoun (L'Appel du Hoggar), un voyage dans le Grand Erg occidental, la traversée du Messak Fezzanais et un raid cinématographique avec Georges Tairraz.

 

BIVOUACS SOUS LA LUNE. La piste oubliée

Le Sahara n'a pas encore livré tous ses secrets...

Lignac, le jeune ethnologue, en est sûr. Il faut, pour les découvrir, s'enfoncer dans ce Ténéré inexploré. A Ouargla, l'équipe est prête, mais Lignac ignore tout des drames personnels de ses compagnons, de leurs missions "parallèles": le lieutenant Beaufort, chargé de capturer, mort ou vif, Akou, un assassin qui a fui vers le sud; Franchi, son second, part pour échapper à Tamara, la trop belle sorcière...

Au delà de Tamanrasset, la tempête se lève, des frelons géants attaquent. Voici les terres d'In Azaoua, maléfiques, interdites, selon la légende. Alors le guide refuse d'avancer, des porteurs désertent... Un messager apprend au lieutenant que Tamara a rejoint Akou. Ils se cachent non loin du camp. Une même haine les anime...

 
 

Pour  avoir ces collections Cliquez ici

[ HOME] –  [ART RUPESTRE ] – [MORPHOLOGIE ET RELIEF] – [BIBLIOTHEQUE-SAHARIENNE]